Dieu entendit la voix de l’enfant

 Et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu’as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est.
Quelle parole pour nous guider aujourd’hui?  Genèse 21:17

Comme artisans de paix, sachons que Dieu entend nos voix. Car Il n’est jamais loin de nous.
Mes bien-aimés dans le Seigneur,
Au sommet de notre détresse, au sommet de notre errance dans le désert de la vie, de l’abandon, de la disette ; au sommet de la soif de l’eau de vie et de notre faim ; 
Au sommet de la souffrance de notre cœur et de nos pleurs, nous pouvons toujours faire une expérience personnelle avec notre Dieu qui ne nous abandonne jamais. D’ailleurs, Il n’est jamais loin de nous.
Comme Agar qui ne voulait pas voir son fils mourir, au sommet de ses pleurs combinés avec ceux de son enfant, elle avait fait une expérience personnelle avec l’Eternel Dieu dans le désert.
A sa grande surprise, le Dieu de sans-abris vint intervenir dans sa vie, une fois encore! 
Quand Agar éleva la voix et pleura, « Dieu entendit la voix de l’enfant; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu’as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est » (Genèse 21 :17). 
Mes bien-aimés,
On ne le dira jamais assez. C’est pareil avec nous. Quand nous élevons la voix et pleurons devant Dieu partout là où nous sommes, Dieu nous entend. 
Dieu nous entend de partout où nous sommes. Il ne reste jamais indiffèrent à nos cris de détresse. Non, Dieu ne nous abandonne jamais. Rassurons-nous que notre Dieu nous entend. 
L’Eternel Dieu envoie encore jusqu’à nos jours ses anges auprès de ses enfants que nous sommes quand nous nous retrouvons dans la détresse. C’est pour nous secourir. 
Il y a encore des anges en mission auprès des enfants de Dieu pour accomplir le dessein d’amour de notre Dieu. 
Mes bien-aimés dans le bien-aimé du Père,
Quand tout va mal pour nous ; quand tout devient obscur en plein jour ; quand la joie a disparu dans notre vie; quand l’espoir n’est plus là, si nous crions à l’Eternel, Dieu nous entendra et il viendra à notre secours !
Comme Agar et Ismaël, notre Dieu qui est venu les secourir, il est exactement là pour nous dire: « J’ai entendu vos cris et du ciel je viens à votre secours ». 
Là, exactement là, où nous sommes ; là où nous pleurons, Dieu nous entend.
Quand nous sommes limités dans nos moyens et ne savons pas comment répondre au besoin pressant de nôtres, de nos enfants, de nos amis dans des situations qui nous dépassent; 
Quand nous sommes limités dans nos moyens devant des situations de précarité voulue et entretenue par ceux-là qui s’arrogent la responsabilité de nous diriger pendant qu’ils se “servent de l’Eternel pour eux-mêmes et pour les leurs”, pendant qu’ils se servent de leur position et du pouvoir qu’ils se sont octroyés… 
Oui, c’est là et exactement là que Dieu nous vient en aide pour élever nos enfants quand nous nous confions en Lui. 
Car nous ne savons pas à quoi sont réellement destinés nos enfants. Agar pouvait à quoi était destiné Ismaël. 
Dieu demeure notre support, le support de nos enfants ; et, leur avenir est dans ses mains. Nous sommes tous avec nos enfants destinés à de grandes choses !
Pour Ismaël, Dieu avait dit à Agar : « Lève-toi, prends l’enfant, saisis-le de ta main; car je ferai de lui une grande nation » (Genèse 21 : 18).
Mes bien-aimés dans le bien-aimé du Père,
Il faut seulement laisser Dieu nous diriger et nous ouvrir les yeux gonflés et aveuglés par les larmes de nos déceptions et de nos détresses pour voir non loin de nous, ce dont nous avons tellement besoin comme ce fut le cas avec Agar. 
Agar avait vu le puit d’eau, non loin de là où elle était avec Ismaël, son fils. Mais nous avons plus qu’un puit d’eau. Car nous sommes dans le temps de la grâce et la source d’eau vive qui est le Christ est à côté de nous, si pas encore en nous. Cependant cela dépend de notre libre arbitre pour prendre la bonne décision de notre vie : celle de recevoir Christ comme notre Seigneur et notre Sauveur. 
Si Agar avait eu l’eau du puit, une eau qui ne coule pas, nous avons la source d’eau de vie, brillant comme du cristal qui jaillit du trône de Dieu et de l’Agneau (Apocalypse 22:1). C’est là notre lieu pour nous ressourcer quand tout semble sans issue. 
Mes bien-aimés,
Au milieu du désert de nos vies, Dieu ne cesse d’entendre nos voix et nos pleurs. Il est là avec nous et pour nous.
Quel bonheur de vivre avec Lui! Quel bonheur d’avoir un tel Dieu! Quel bonheur d’avoir un tel Seigneur! Qui fait jaillir en nous l’eau de vie !
Mes bien-aimés dans le bien-aimé du Père,
Notre Dieu est le Dieu de sans-abris ; c’est pourquoi Il demeure l’abri de sans-abris que nous sommes dans ce monde! Comptons sur Lui ; espérons en Lui.
(A suivre)! 
Prière : 
Seigneur, merci pour cette soixante-deuxième méditation sur la gestion des conflits. 
Laisse que ton Esprit-Saint, glorifie Jésus-Christ dans nos vies, et qu’au milieu du désert de nos vies, Tu puisse nous accorder la grâce de toujours te faire confiance.  
En Christ, notre Seigneur et Sauveur. 
Amen.